Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

france hydroélectricité

  • Hydroélectricité et intérêt public

    Pin it!

    dossier-212-img_chapo.jpgLes centrales hydroélectriques, à l'instar d'autres équipements de production d'énergies renouvelables, sont des équipements d'intérêt public.

    Ce statut, récemment reconnu par plusieurs arrêts du Conseil d'Etat du 13 juillet 2012 aux parcs éoliens, permet de défendre l'intérêt général des centrales hydroélectriques en cas d'usages mutliples.

    La reconnaissance par le juge de l'utilité de la production d'énergies renouvelables est un atout dans le cadre du montage ou du renouvellement de projets.

    La notion d'intérêt public est également un argument pour les opérateurs, dont les  projets sont parfois appréciés du seul point de vue de l'enjeu économique.

    Or, l'intérêt général et l'intérêt personnel peuvent parfaitement se rejoindre.

    Vous pourrez prendre connaissance ci-après du powerpoint de mon intervention du 19 septembre dernier à la réunion de France Hydroélectricité.

    Bonne lecture !



  • hydroélectricité : l'arrêté de renouvellement des contrats H97 est publié

    Pin it!

    dossier-212-img_chapo.jpgL'arrêté ministériel fixant la procédure de renouvellement des contrats H97 vient d'être publié au Journal Officiel (arrêté du 10 août 2012 publié le 5 septembre).

    Le projet de texte a évolué à la suite de la Consultation du Conseil Supérieur de l'énergie du 31 juillet 2012, auc cours de laquelle les différents points de vue se sont exprimés.

    L'arrêté concerne les exploitants d'installation hydroélectrique bénéficiant d'un contrat arrivant à échéance, de type 1997 dit « contrat H-97 », d'obligation d'achat de l'énergie produite à un tarif préférentiel d'une durée de quinze années.

    Le renouvellement de ces contrats, arrivant à échéance fin 2012, implique un plan d'investissement sur 8 ans finalement fixé à :

    - 750 euros par kilowatt installé pour les installations d'une puissance supérieure à 300 kW ;
    - 550 euros par kilowatt installé pour les installations d'une puissance inférieure à 100 kW.

    L'article 2 de l'arrêté du 10 août 2012 ajoute que cette période de 8 années débute au plus tard à l'échéance du contrat en cours.

    En outre, le cumul des investissements engagés à l'issue des quatre premières années de cette période de huit ans doit au moins atteindre 60 % des valeurs définies ci-dessus.

    L'Association France Hydroélectricité avait communiqué à ses adhérents un commentaire complet de ces nouvelles mesures dans son flash info du 8 août 2012.